Sélectionner une page

Des milliers de manifestants pro-démocratie se sont rassemblés dans la soirée du 18 novembre dans le centre de Bangkok.

Cette nouvelle mobilisation survient au lendemain des affrontements avec les forces de l’ordre et des ultra-royalistes ayant fait au moins 6 protestataires blessés par balles (SSF 17/11/2020). La police avait également fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau pour disperser les manifestants qui se dirigeaient vers le Parlement, où députés et sénateurs débattaient d’une possible réforme de la Constitution. Une cinquantaine de personnes avaient été blessées.

Le 18 novembre, les manifestants se sont massés devant le quartier général de la police, où camions à benne, blocs de béton et barbelés avaient été installés pour le protéger. Le porte-parole de la police nationale avait mis en garde les manifestants, plus tôt dans la journée, de ne pas s’approcher du bâtiment et avait indiqué que plus de 2 000 policiers avaient été déployés pour protéger l’édifice. Des manifestants en colère ont toutefois lancé des projectiles, dont de l’eau et de la peinture, sur le bâtiment. La police, barricadée à l’intérieur du bâtiment, n’est pas intervenue.

Alors que les débats parlementaires doivent se poursuivre, de nouveaux rassemblements partisans sont à anticiper. Il convient en particulier d’éviter les abords du Parlement, ou les lieux traditionnels de manifestations, à l’instar du Monument de la démocratie et l’avenue Ratchadamnoen attenante.

Un renforcement sécuritaire est à prévoir tandis que de nouveaux incidents ne sont pas à exclure.

Point mensuel des pays à risque

Recevez gratuitement le bilan de l'actualité mondiale et le calendrier des événements sûreté-sécurité du mois à venir.

Vous êtes abonné au Point Mensuel des Pays à Risque.