Sélectionner une page

Dans un communiqué publié le 18 novembre, l’armée nigériane a annoncé que plusieurs « bandits »  (dont le nombre n’a pas été précisé) avaient été neutralisés au cours d’une vaste opération sécuritaire menée à proximité de l’axe Abuja-Kaduna le 17 novembre. L’offensive militaire a visé un camp de bandits installé le long de cette autoroute, et qui abritait le chef d’un gang et ses combattants.

 Selon la même source, les troupes militaires, appuyées par des forces aériennes, ont mené plusieurs attaques, dont des frappes aériennes, contre de nombreuses cachettes utilisées par ces « bandits » situées autour de la zone de Kuku de la zone de gouvernement local de Kagarko.

Cette offensive de l’armée fait suite à une multiplication d’enlèvements contre rançon et d’attaques meurtrières visant des voyageurs le long de l’autoroute reliant Abuja à Kaduna. Les autorités locales ont rapporté le 17 novembre qu’au moins 18 personnes avaient été tuées, plusieurs autres blessées et d’autres portées disparues, à la suite d’attaques menés par ces bandes criminelles contre les villages de Fatika, Kaya et Yakawada (dans la zone de gouvernement local de Giwa), le village d’Albasu (dans la région du gouvernement local d’Igabi), ainsi que l’un des villages de la zone de gouvernement local de Zangon Kataf entre les 16 et 17 novembre.

D’après un rapport publié le 24 d’août par le groupe de surveillance des droits humains, Amnesty International, ces criminels, motivés par l’appât du gain, auraient tué au moins de 1 126 personnes dans des villages ruraux du nord entre janvier et juillet 2020.

Une poursuite des violences est à anticiper. 

Point mensuel des pays à risque

Recevez gratuitement le bilan de l'actualité mondiale et le calendrier des événements sûreté-sécurité du mois à venir.

Vous êtes abonné au Point Mensuel des Pays à Risque.