Sélectionner une page

Le mouvement indépendantiste Polisario a annoncé le 13 novembre la fin du cessez-le-feu conclu en 1991 sous l’égide de l’ONU dans le territoire disputé du Sahara occidental.

Cette déclaration fait suite à une opération militaire lancée par le Maroc dans la nuit du 12 au 13 novembre dans la zone tampon de Guerguerat, près de la Mauritanie. D’après les autorités marocaines, cette intervention aurait pour but de « mettre un terme à la situation de blocage » dans la zone, où « le Polisario et ses milices » se seraient introduits le 21 octobre et auraient « mené des actes de banditisme, bloqué la circulation et harcelé continuellement des observateurs militaires de la MINURSO », force d’interposition de l’ONU. Près de 200 routiers seraient bloqués depuis cette date au poste-frontière de Guerguerat.  

Le Polisario affirme de son côté que l’opération est « une agression » et que « la guerre a commencé ».  Ibrahim Ghali, président de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et secrétaire général du Polisario a appelé l’ONU à « intervenir d’urgence ».  

Compte tenu de ces dernières déclarations et de la volatilité de la situation, une exacerbation des tensions est à prévoir au cours des prochains jours et des violences ne sont pas à exclure. Il convient de suivre l’évolution de la situation.

Point mensuel des pays à risque

Recevez gratuitement le bilan de l'actualité mondiale et le calendrier des événements sûreté-sécurité du mois à venir.

Vous êtes abonné au Point Mensuel des Pays à Risque.