Sélectionner une page

A l’appel des partis de l’opposition, des milliers de manifestants se sont rassemblés le 11 novembre sur la place de la Liberté à Erevan puis ont marché vers le siège du gouvernement et du Parlement, malgré l’interdiction des mobilisations étant donné la loi martiale en vigueur dans le pays depuis fin septembre, pour protester contre la signature de l’accord de fin des hostilités dans le Nagorny Karabakh et pour exiger la démission du Premier ministre Nikol Pachinian (cf. nos précédentes alertes).

Selon des sources médiatiques, au moins 135 personnes, dont des leaders de l’opposition, ont été arrêtées par la police au début de la manifestation avant d’être relâchées plus tard.

Dans ce contexte, de nouvelles mobilisations des partis de l’opposition sont à attendre dans les prochains jours.

Il est recommandé de se tenir à l’écart de tout rassemblement ou mouvement de foule. Des débordements ne sont pas exclus en cas d’intervention de la police.

Point mensuel des pays à risque

Recevez gratuitement le bilan de l'actualité mondiale et le calendrier des événements sûreté-sécurité du mois à venir.

Vous êtes abonné au Point Mensuel des Pays à Risque.