Sélectionner une page

L’ouragan de catégorie 4 ETA, comprenant des vents de 210 et 249 km/h, a touché terre le 3 novembre au sud de Bilwi (Nicaragua) et poursuit actuellement sa course vers le nord-ouest en direction du Honduras, du Guatemala et Belize, en perdant progressivement en intensité. Depuis son entrée dans les terres, ETA s’est affaibli en ouragan de catégorie 1, avec des vents allant jusqu’à 135 km/h.

Pour l’heure, d’importants dégâts matériels et inondations ont été rapportés à travers le nord du Nicaragua et des pans du Honduras. Des milliers de résidents locaux ont été contraints d’évacuer. En outre, les services de secours honduriens ont indiqué qu’une femme était morte le 3 novembre dans l’effondrement de sa maison dans la région de Cortes. Deux mineurs ont également péri à Bonanza (Nicaragua).

Dans un bulletin publié le 4 novembre, le Centre national des ouragans (NHC) américain a indiqué que des « vents catastrophiques, des inondations soudaines et des glissements de terrain» étaient à prévoir jusque dans la soirée du 6 novembre à travers l’Amérique centrale. Des inondations et des crues sont également possibles à travers la Jamaïque, le Sud-Est du Mexique, le Salvador, le Sud d’Haïti ainsi que les îles Caïmans.

Selon les dernières prévisions, l’ouragan ETA devrait progressivement se transformer en tempête tropicale avant d’atteindre Cuba le 8 novembre puis le sud de la Floride (Etats-Unis).

Une poursuite des perturbations et des fortes intempéries est à attendre au cours des prochains jours.

Point mensuel des pays à risque

Recevez gratuitement le bilan de l'actualité mondiale et le calendrier des événements sûreté-sécurité du mois à venir.

Vous êtes abonné au Point Mensuel des Pays à Risque.